Europe

Ce que je lis : édition éclectique

Certaines semaines, alors que j’essaie de rechercher une idée particulière ou de comprendre un événement particulier, mes listes de lecture ont des thèmes clairs : que lire pour comprendre X ; trois livres sur Y.

Ce n’est… pas une de ces semaines. Au lieu de cela, j’ai ressenti une entropie intellectuelle, passant d’un sujet à un autre. J’ai décidé de m’y pencher, en laissant mon cerveau évoluer librement et en étant sûr que cela m’emmènera dans un endroit intéressant.

Je suis satisfait des résultats : un nouveau livre fascinant sur la Chine, un nouvel article de science politique qui explique une bizarrerie de la politique d’extrême droite et un roman policier en forme de boîte à puzzle se déroulant à quelques kilomètres de chez moi. Voici ma liste de lectures éclectiques :

  • «Règles de Pékin : comment la Chine a armé son économie pour affronter le monde», de Bethany Allen-Ebrahimian, s’est révélée particulièrement d’actualité cette semaine après rapports qu’un chercheur au sein du Parlement britannique avait été arrêté en mars, soupçonné de travailler pour le gouvernement chinois. Allen-Ebrahimian, le journaliste chinois d’Axios, combine intelligemment l’analyse des efforts de la Chine pour infiltrer les institutions occidentales via une « politique économique autoritaire » avec un regard sur les raisons pour lesquelles l’Occident est vulnérable à de telles campagnes d’influence. Et bien que le livre soit issu d’un genre de non-fiction dans lequel le style de la prose a tendance à passer au second plan par rapport à l’argumentation, « Beijing Rules » contient de belles écritures, ce qui en fait un plaisir à lire.

  • « L’ennemi de mon ennemi est mon ami » est un dicton bien connu depuis longtemps, mais désormais, grâce à cet intéressant nouveau papier dans l’American Political Science Review, il s’agit aussi de science politique. Les auteurs étudient si l’hostilité envers les immigrés, en particulier les musulmans, a réellement contribué à générer un soutien aux droits LGBT+ parmi des électeurs nativistes par ailleurs conservateurs.

    Ils ont constaté que les citoyens « libéralisent stratégiquement » leur position sur les droits LGBT+ lorsqu’on leur dit que des personnes issues d’un groupe ethnique externe – par exemple les immigrés musulmans en Europe – s’opposent à de telles protections. Dans un exemple particulièrement médiatisé, après qu’un homme musulman ait commis un tir de masse dans une discothèque gay en 2016, Donald Trump a prononcé un discours qualifiant l’attaque de « frappe au cœur et à l’âme de qui nous sommes en tant que nation » et « d’attaque contre la capacité des gens libres à vivre leur vie, à aimer qui ils veulent ». et exprimer leur identité.

    Cela signifie probablement que le soutien du public aux droits des homosexuels est plus faible qu’il n’y paraît, concluent les chercheurs, car une partie du soutien apparent en faveur de l’inclusion est en réalité un désir d’exclure les autres. (Là encore, Trump est un exemple utile : bien qu’il ait adopté les droits des homosexuels dans le discours Pulse comme un bâton contre les musulmans, dans la pratique, son administration LGBT démantelés. protectionsnotamment en abrogeant les règles contre la discrimination sur le lieu de travail et en interdisant aux personnes transgenres de l’armée.)

  • «Le cas mystérieux des anges d’Alperton», un nouveau mystère de Janice Hallett, fut ma lecture la plus légère. Hallett structure ses romans comme des dossiers de documents trouvés, de transcriptions et d’autres preuves, laissant le lecteur essayer de trouver la véritable histoire parmi les déclarations peu fiables des narrateurs. Ce processus plaît au journaliste qui est en moi, ce qui pourrait expliquer pourquoi j’en ai lu environ 80 % en une seule séance. De toute évidence, cela plaît aussi à beaucoup d’autres personnes : les livres de Hallett sont des best-sellers en Grande-Bretagne.

    Mais comme pour son dernier livre, «Le code de Twyford« , il y a une tension entre les rebondissements élaborés nécessaires pour garder le puzzle intéressant, le réalisme de ses personnages et la plausibilité de la résolution de l’intrigue, ce qui m’a laissé un peu froid.


Merci à tous ceux qui m’ont écrit pour me faire part de ce que vous lisez. S’il vous plaît, continuez à envoyer des soumissions !

Je veux entendre parler de choses que vous avez lues (ou regardées ou écoutées) et qui, selon vous, pourraient plaire à la communauté plus large des lecteurs d’Interpreter.

Si vous souhaitez participer, vous pouvez remplir ce formulaire. Je publierai peut-être votre réponse dans un prochain bulletin d’information.

Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page