Europe

Ian Wilmut, le scientifique du clonage derrière Dolly la brebis, est mort à 79 ans

Ian Wilmut, le scientifique britannique qui a dirigé le projet qui a permis de cloner pour la première fois un mammifère, Dolly la brebis, qui a choqué les scientifiques qui pensaient que le clonage était impossible, est décédé. Il avait 79 ans.

Son décès dimanche après une longue maladie due à la maladie de Parkinson a été annoncé par l’Institut Roslinun centre de recherche près d’Édimbourg, où le Dr Wilmut travaillait depuis des décennies.

Le Dr Wilmut et son équipe ont annoncé la naissance remarquable de Dolly en février 1997, créant une frénésie médiatique et soulevant des questions sur l’éthique du clonage. La naissance de Dolly, le 5 juillet 1996, d’une mère porteuse à l’Institut Roslin, avait été enveloppé de secret Pendant des mois.

Dolly, qui porte le nom de la chanteuse Dolly Parton, est décédée en février 2003 à 6 ans après une brève infection pulmonaire. Elle a été exposée à le Musée national d’Écosse depuis 2003.

« Elle est un visage amical de la science », a déclaré le Dr Wilmut dans un entretien avec le New York Times après sa mort. « C’était un animal très sympathique qui faisait partie d’une grande avancée scientifique. »

Le Dr Wilmut est né près de Stratford-upon-Avon, en Angleterre, de deux enseignants et s’est intéressé à la biologie à l’école. Il a étudié les sciences animales à l’Université de Nottingham et a obtenu un doctorat. à l’Université de Cambridge, où ses études se sont concentrées sur la conservation du sperme et des embryons par congélation.

Il a continué à travailler comme embryologiste en Écosse et a mené des recherches pour modifier génétiquement et cloner des moutons, dans le but de créer du lait contenant des protéines utilisées pour traiter les maladies humaines et pour fabriquer des cellules souches pouvant être utilisées en médecine régénérative.

En 2005, il a rejoint l’Université d’Édimbourg, dont il a pris sa retraite en 2012. Il a reçu le titre de chevalier en 2008, selon le Roslin Institute.

En 2018le Dr Wilmut, qui vivait en Écosse, a déclaré qu’il était atteint de la maladie de Parkinson et qu’il participerait à un programme de recherche visant à tester de nouveaux types de traitements destinés à ralentir la maladie, qui affecte la partie du cerveau qui contrôle les mouvements.

Le Dr Wilmut laisse dans le deuil son épouse, Sara, et ses trois enfants issus de son premier mariage, Naomi, Helen et Dean. Il a cinq petits-enfants.

Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page